Ville d'Issoire

Navigation principale

Issoire pratique

Vous êtes dans : Accueil > Issoire, notre ville > Patrimoine > Chef d'oeuvre de l'art roman auvergnat

L'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire

Avec ses proportions harmonieuses, ses peintures polychromes du XIXe siècle et son chevet décoré d'un cycle zodiacal complet, l'abbatiale de saint Austremoine d'Issoire constitue sans conteste l'un des plus fascinants joyaux de l'Art Roman de Basse-Auvergne.
Les chapiteaux du chœur, illustrant le cycle de Pâques, sont vraisemblablement l'oeuvre de sculpteurs expérimentés venus du Languedoc.
Dans la crypte, une superbe châsse en émaux de Limoges datant du XIIIe siècle fut achetée au XIXe siècle pour y placer les reliques de saint Austremoine. Ses faces décrivent la visite des Sainte Femmes au Tombeau et l'apparition du Christ à Marie-Madeleine.

 

Un chef d'oeuvre de l'art roman auvergnat

S'inspirant des autres églises dites « majeures » de Basse-Auvergne en cours de construction au XIIe siècle, les moines bénédictins vont édifier l'une des plus belles églises romanes de Basse-Auvergne : l'abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire.
Orné de cinq chapelles rayonnantes, le chevet est le reflet de l'architecture exceptionnelle de ce monument. Avec ses proportions harmonieuses et son cycle zodiacal complet, qui témoigne de l'intérêt porté aux astres par les hommes de cette époque, il constitue la pièce maîtresse de l'église.

En Auvergne, les églises romanes ont un style particulier. L'abbatiale d'Issoire en possède toutes les caractéristiques :

 

Chapiteau de la Cène

© Hervé Monestier - Le chapiteau de la Cène

On estime à environ 50 ans le temps qu’il fallut pour édifier l'abbatiale Saint-Austremoine. Les hommes se rendaient à la carrière de Montpeyroux (10 km au sud) pour puiser ce grès tendre que l'on appelle l'arkose et qui donne à l'église cette couleur chaude. Les échafaudages métalliques n'existaint pas, il a fallu abattre des forêts entières pour constituer les armatures de bois qui permettaient aux bâtisseurs d'élever les murs. Ces structures étaient solidement ancrées aux parois de l'église pour éviter que le vent ne les emporte. Si l'on s'attarde sur les façades de l'abbatiale, on peut apercevoir les « trous de boulins » dans lesquels on enchâssait les échafaudages de bois dans les murs.

Avec ses 63 mètres de long, l'abbatiale Saint-Austremoine est la plus grande des églises de Basse-Auvergne. Vraisemblablement construite d'est en ouest, elle est orientée vers Jérusalem et le soleil levant. Les Hommes du Moyen Âge avaient fait du soleil le symbole du Christ.

Documentation

Carte interactive de la commune